Larme Ultime – Le dernier chant d’amour sur cette petite planète.

Saishū heiki kanojo (最終兵器彼女) – Larme Ultime

Synopsis : Shûji et Chisé fréquentent la même école dans une petite ville d’Hokkaido. Malgré sa grande timidité, Chisé trouve un jour le courage d’avouer ses sentiments à Shûji et ils finissent par sortir ensemble. Mais leur maladroite et touchante histoire d’amour va prendre une tournure inattendue lorsque le pays se retrouve en guerre et que Shûji découvre que l’armée a transformé sa petite amie en une arme de destruction massive.

La technologie telle qu’on la connait aujourd’hui est indisponible : ni les téléphones portables ni internet ne sont utilisables. Le seul lien avec le monde extérieur passe par la TV. Shûji et Chisé décident de sortir ensemble et s’écrivent un journal.

L’armée est omniprésente dans la série, dès le premier épisode Shûji et Chisé croisent deux camions militaires en se rendant en cours. Alors qu’ils se reposent sur le toit de leur lycée, Shûji et ses amis voient des F2 passer dans le ciel. Faute de technologie, Take évoque les rumeurs qu’il a entendu : d’après elle Osaka et Tokyo sont en danger.

Sapporo est bombardée alors que Shûji et ses amis vont faire les boutiques. Chisé n’est pas venu au rendez-vous de Shûji. On apprend que Chisé est en fait l’Arme Ultime et détruis une grande partie des avions ennemis avant de s’écraser. Shûji la retrouve et l’enlace malgré son apparence robotique. Elle n’était déjà plus vraiment humaine.

Face à une menace ennemie de grande envergure, le Japon décide ici de créer « l’Arme Ultime » une arme indestructible, omnisciente et hyper efficace. Cette arme fait écho aux travaux de Von Neumann qui avec l’élaboration de système SAGE qui se veut intelligent cherchait à actualisé, comparer et produire une information, une communication. Ce concept d’omniscience est repris pour Chise et couplé à une arme de destruction massive.

« Quand j’ai enlacé Chisé ce jour-là, son cœur … ne battait pas. »

Une semaine s’est écoulée depuis le bombardement de Sapporo. 47800 morts. 66300 disparus. Take a péri dans le bombardement.

Chisé ne comprend pas pourquoi elle a été choisie pour être l’Arme Ultime et en parle dans son journal qu’elle tient avec Shûji. Elle se demande si c’est une punition. Elle n’a pas le droit d’en parler, c’est un secret. Chisé grandit de plus en plus au fur et à mesure qu’elle combat.

Chisé devient de plus en plus précise et détecte la présence d’appareils qui la surveillent pour la détruire. Ses indications sont de plus en plus précises : « Là, à une heure à 300 m environ. » – « Position actuelle de l’ennemi : 43° 11’14.8 Nord ; 140° 59’45.1 Est ». Chisé détruit les appareils qui la traquaient, elle doit faire face aux horreurs de la guerre alors qu’elle n’est qu’une adolescente. Elle a entre ses mains le destin des ennemis. Elle est dépassée par tous ces événements. « Les armes qui ne tuent pas n’existent pas Shû-chan. Est-ce qu’il vaudrait mieux que je meure ? »

Cette exactitude dans les messages que Chisé transmet fait référence au « pilotage des messages et à leur efficacité » comme l’indique Wiener dans sa théorie de la cybernétique. Tout est automatisé, elle analyse les trajectoires des ennemis et de leurs missiles et prévoit leur déplacements comme dans le système de DCA que Wiener aura proposé avec Rosenblueth et Bigelow qui pouvait prévoir la trajectoire d’un avion et le comportement d’un pilote.

Alors que Chisé et Shûji veulent fuir, Chisé reçoit un message sur le bipper que lui a confié l’armée. Elle se rend à Osaka et ne se rend pas au rendez-vous que Shûji lui a donné à la gare. Elle est endommagée lors de ce combat.

« Mon corps ne redeviendra pas comme avant. Pour être précise il ne le peut plus. Le jour où tu as parlé de fuir, le jour où je n’ai pas tenu ma promesse, j’ai été cassée. Le mécanicien qui m’a réparée m’a dit que je ne guérirai jamais. »

Chisé perd de plus en plus de son humanité. Elle oscille entre arme et humaine. Shûji s’interroge sur ce qu’elle va devenir : « Chisé était en fait tristement froide au contact. » – « A quel point était-elle encore humaine ? ». Chisé n’est pas infaillible : « En tant que machine j’ai besoin de maintenance. En tant qu’humaine j’ai besoin de médicaments. »

Alors que Chisé se rend à un rendez-vous avec Shûji, les soldats de sa section sont tous tués à l’exception de Tetsu. Alors qu’elle se demande où est Shûji, elle se connecte automatiquement à un satellite et le repère chez son amour de collège qui était son aînée.

Les événements se bousculent : un tremblement de terre tue l’amie d’enfance de Shûji. Atsushi, un des amis de Shûji qui est parti à la guerre meurt alors que Chisé intervient sur le champ de bataille. Tetsu meurt sur un assaut des ennemis.

On voit ici les limites de l’intelligence artificielle envisagée par Alan Turing. Est-ce qu’une machine dotée de conscience n’est pas au final capable de détruire l’humanité pour le « bien » du reste du monde. La réflexion de Shin Takashi dans l’Arme Ultime rappelle également le film l’Odyssée de l’Espace où l’instance robotique veut éliminer l’humain, imparfait.

Suite à ça, Chisé et Shûji se retrouvent et décident de fuir. Chisé n’en a plus pour très longtemps : les médicaments qui la maintiennent sous forme humaine sont rares et ce sont les derniers qui sont confiés à Shûji. Ils se réfugient dans une ville portuaire et un bombardement a lieu 15 jours après leur arrivée. Shûji empêche Chisé de combattre en l’enlaçant ce qui la ramène à la raison.

Au même titre que plus tôt dans l’article, Chisé « s’automatise » de plus en plus, et en référence à la théorie de la cybernétique de Wiener, elle devient de plus en plus incontrôlable et se guide toute seule.

« Chisé n’a plus de voix. J’entends Chisé vivre »

Tout est dévasté, il ne reste que des ruines de la ville. Après avoir pris ses derniers médicaments, Chisé perd peu à peu son humanité. Elle arrête d’écrire dans le journal, elle perd sa voix, et fait des « crises » où l’arme tente de prendre le dessus sur l’humaine. Finalement Shûji se décide à rendre Chisé à l’armée.

Elle a tout oublié, mais s’est programmée pour déposer les journaux qu’elle a rédigé à l’endroit où elle et Shûji se sont embrassés la première fois. Alors qu’il retrouve les journaux et les lis, Shûji est observé par l’arme Chisé. « J’ai écouté la voix muette de Chisé me raconter la fin de l’Humanité ». Elle avait consigné tout ce qu’elle a pu voir lors de la guerre dans ces journaux, et y raconte comment la Terre va disparaître.

Shûji et Chisé affrontent la fin du monde ensemble.

« Le dernier son vibrant sur Terre c’était, pour moi, un battement de cœur de Chisé »

Publicités

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s